Stéréotype de genre

Aujourd’hui j’ai écouté Marguerite Stern dans un podcast. Je crois que l’attention que je lui porte est aussi saine que l’attention qu’elle porte au « transactivisme » (pour ne pas dire « aux meufs qui ne se laissent pas faire, luttent pour leurs droits et sont aussi trans ») mais je pourrais pas me refaire. Les gens qui regardent Contrapoints sur Youtube peuvent imaginer la chose assez facilement en se disant que quand Natalie Wynn parle de J.K. Rowling, les gens qui me connaissent pensent à moi qui parle de Marguerite.

Elle explique notamment se faire un devoir de lutter contre les transactivistes au nom de la lutte contre la colonisation du corps des femmes par les hommes et contre la pédocriminalité (au moins elle connait son Empire Transsexuel) mais aussi contre les stéréotypes de genre. C’est aussi ce qu’elle disait chez Anouk Perry, la première fois que je l’ai entendue. Lutter contre les trans pour lutter contre les stéréotypes de genre.


C’est le même argument que Christine Delphy développe dans son abécédaire et il faut reconnaître que c’est assez séduisant : Puisque le genre est une construction sociale (Christine dit même que le Genre crée le Sexe et je peux difficilement être en désaccord avec ça), puisque le genre est une construction sociale et que le but du féminisme est de l’abolir (moi non plus je suis pas dans la team égalité des sexes mais destruction du genre) ça voudrait dire qu’on ne pourrait pas passer d’une classe à une autre sans renforcer l’existence de ces classes.

On ne pourrait pas donner de définition de ce qu’est « être une femme » sans être essentialiste et reproduire des stéréotypes de genre donc les femmes trans qui prétendent « devenir » des femmes sont en fait des personnes essentialistes qui reproduisent des stéréotypes de genre contre lesquelles il faut lutter. C’est pour ça que Marguerite (comme Christine quand elle parle des personnes trans) s’empresse de définir la classe des femmes comme étant l’ensemble des personnes qui possèdent un utérus, ce qui n’est pas du tout essentialiste apparemment.

Bien sûr quand elle parle de stéréotypes de genre elle veut parler des femmes qui se maquillent, portent des jupes et des talons, des vêtements moulants, s’épilent le corps, font des régimes. Et sont trans. Peut-être que les femmes cis ne font pas tout ça. Ou si elles le font, elles ne perpétuent certainement pas des stéréotypes sexistes.


Quand j’avais seize ans j’écoutais Indochine de manière très très assidue. Je me faisais les yeux noirs et je portais des habits noirs de préférence moulants. L’idée que je puisse être une fille ne m’effleurai absolument pas l’esprit, je pouvais être un mec et m’habiller comme je veux. J’étais un fan d’Indo et j’arborai ma tenue de fan d’Indo. Je me faisais siffler par des types dans la rue et klaxonner par d’autres au bord de la route que je longeais pour rentrer chez moi après le lycée. Ça me faisais ricaner à chaque fois : Les cons, si ils savaient qu’ils venaient de klaxonner un mec. J’étais naïve. Si ils avaient su j’aurai certainement moins ricané.

J’ai continué comme ça pendant la suite de ma vie. Cheveux longs, jupes noires, maquillage. Pas tous les jours mais juste normalement intégré à ma garde robe, entre les jeans et les t-shirt. Toujours complètement ignorante d’être une meuf. Depuis quand certaines fringues ou le maquillage c’est réservé aux meufs ?

Quand j’ai pris conscience d’être en fait une meuf et pas un gars… C’est pas aux jupes, aux t-shirts moulants, aux fringues que je piquais à mes copines ou au maquillage que j’ai pensé. Ces trucs n’ont jamais rien eu à voir avec le fait d’être un homme ou une femme. Tout au plus je me dis que si j’avais vraiment été un homme, j’aurai peut-être été plus attentive à ne pas mettre en péril ma masculinité ainsi auprès du reste de la société.

Est-ce que je perpétuais déjà des stéréotypes de genre si j’ignorais que je suis une femme mais que des hommes s’en étaient rendus compte avant moi ? Est-ce que je les perpétue plus qu’avant maintenant que je sais qui je suis et que je continue d’être moi ?

Aujourd’hui je sais toujours pas c’est quoi être une femme. Par contre je me sens un peu mieux quand j’écoute She/Her/Hers, chanter Gender is boring :

And I think it's time that our culture moves past
This fucked up notion of the way we act
Is it dictated at birth or that we have to choose
It's an imposed binary, either way we lose
So do what you want
And dress how you feel
Don't let anyone tell you that gender is real
It's useless, oppressive, and boring
Worthless, and hurtful, and stifling
I think it's time that we put it in its place
So come on let's force gender into an early grave
I never again want to hear anyone say

Boys don't act that way
Girls don't act that way
Boys don't act that way
Boys don't act that way


Une newsletter ça n’a pas la même portée qu’un post sur les réseaux sociaux. Si tu as apprécié ce que tu viens de lire n’hésite pas à transférer le mail aux personnes parmi tes contacts qui sont susceptibles d’être intéressées ou à partager le lien sur tes réseaux.

Merci et joyeuse Saint Valentin.