Pizzeria

Je t'observe à travers la vitrine. Tu es assise à la terrasse de la pizzeria de l'autre côté de la rue, celle à laquelle les flics s'arrêtent tous les soirs pour commander deux pizza police et une napolitaine. Tu arbores une undercut fraîchement teinte en bleu-vert et des lunettes rondes. Ça te fait ressembler à ma sœur qui porte le prénom de la joie.

Je ne sais pas de quoi ton groupe d'amis et toi parlez. Au fond de moi j'espère un peu que l'un d'entre eux remarquera mon regard et te fera signe. Je te regarde sortir du tabac et des feuilles du sac que tu portes en bandoulière. J'aimerai t'offrir mon feu.

Tu ne me vois pas me lever du canapé que j'occupais mais tu me vois traverser la route dans ta direction et je vois l'effet que provoquent en toi mes talons de high femme, ma jupe crayon noire, mon top asymétrique noir cousu d'orange, mon choker en forme de laisse, mon lipstick violet à paillettes, mon liner parfaitement appliqué, mes cheveux roux, mes yeux noirs, ma démarche, mon assurance. Je ne te dis rien. Je dépose quelque chose dans ta main avec un sourire et je fais demi-tour.

Je sens le silence et tous les regards sur moi. Ces même regards qui se posent ensuite sur toi lorsque je disparaît derrière la porte. Quand mon cœur reprend un rythme normal et que je sors de la médiathèque, la terrasse est vide et je me met à attendre.